La leçon des banlieues

Publié le 3 Juillet 2013

Etonnante confrontation que ces deux sondages sensés scruter le « moral » des Français.

D’un côté (enquête Ipsos – avril 2013) on nous confirme, antienne maintenant connue, que les Français représentent un des peuples les plus pessimistes du monde et que ce trait de caractère n’épargne pas notre jeunesse. On sait notamment notre système scolaire élitiste et hyper sélectif en cause. C’est difficile à croire mais Italiens et Espagnols se disent moins touchés par la déprime. Parmi les peuples plus optimistes que celui de notre pays, on trouve quasiment la totalité de la planète ! Nigérians, Irakiens sont par exemple loin devant, en termes d’optimisme économique (BVA – 2011).

Et comme nous ne sommes pas à un paradoxe près, un sondage IFOP (mars 2013) affirme qu’il existe  chez nous d’inaltérables broyeurs de noir, des poches de résistance. D’où nous vient cette lueur d’espoir ? De là où on devait le moins s’y attendre. Des banlieues ! « 46% des habitants disent s’en sortir  correctement  avec leurs revenus contre 44% des Français » écrit Le Monde. De même, ces habitants croient à l’école et à sa capacité émancipatrice. Paradoxe oui. Surprise, pas totalement. En prenant connaissance de ce sondage, on ne peut que songer à Roubaix. Certains de ses quartiers peuvent s’apparenter à la réalité socio- économique des banlieues et sont aussi un réservoir d’optimisme et d'énergie. Peut-être qu'en définitive, il ne faut pas chercher l’allant qui manque tant à notre pays autre part qu’à notre porte !

Rédigé par leblogdepierredubois

Repost 0
Commenter cet article