Michel Caron

Michel Caron

J'ai d'abord été un enfant boursier, à l'école de la République. Je dois beaucoup à l'école et à l'université.

J'ai eu la chance d'avoir un parcours professionnel très riche, accompagné très tôt par le bénévolat associatif. Après avoir été professeur de philosophie, j'ai exercé des responsabilités dans le domaine de la politique d'intégration des immigrés (au Ministère puis comme Délégué Régional du Fonds d'Action Sociale et comme Directeur de Cabinet du Secrétaire Général à l'Intégration) notamment sur les questions de formation, d'action sociale et culturelle, et sur la politique de la ville.

C'est comme cela que j'ai eu aussi à travailler avec les centres sociaux de Roubaix, les associations déjà du temps d'André DILIGENT, que je rencontrais souvent.

J'ai également été en responsabilité dans le domaine de la formation des adultes, avec l'Education nationale, et, comme Directeur Régional de l'AFPA. C'est comme cela que j'ai contribué aux moments forts de création de grandes entreprises (Toyota, Sevelnord) mais aussi aux périodes de nécessaires solidarité avec les plans de formation accompagnant certaines restructurations d'entreprises.

Mais j'ai aussi des convictions, et j'ai exercé des responsabilités bénévoles locales, régionales, nationales et internationales d'une grande organisation internationale de défense des Droits de l'homme.

Aujourd'hui, je préside une association nationale créée dans le Nord, employant 2000 salariés et accueillant dans ses établissements près de 7000 personnes handicapées ou des jeunes en grandes difficultés.

Je suis aussi Administrateur national de deux fédérations d'employeurs de l'Economie Sociale représentant 300 000 salariés dans le secteur sanitaire et médico social.

Bref, j'essaie de mettre en accord mes paroles et mes actes, mes convictions et mes responsabilités. C'est aussi comme cela que je conçois mon engagement politique, dans l'exigence morale, et le souci de l'efficacité.

Je partage avec Pierre DUBOIS et mes colistiers des valeurs fortes de solidarité, d'attachement à ma ville de Roubaix, de volonté d'action contre ce qui est injuste, et pour ce qui est utile à ceux qui en ont le plus besoin. Dans cette liste, je rencontre une grande diversité de personnalités, d'expériences, nous sommes complémentaires, nous avons besoin les uns des autres, et nous regardons ensemble dans la même direction, non pas comme un club fermé, mais comme une vraie équipe attentive à ce qui l'entoure. Et puis je connais Pierre DUBOIS de longue date : il est très dévoué pour Roubaix et a de l'expérience ; ça crée des liens entre nous, quand nous réfléchissons à l'avenir de la ville, à l'avenir des jeunes, à l'attention nécessaire aux personnes âgées, à la créativité économique. Nous portons un projet ensemble.

Je suis content que notre projet municipal ait repris une idée forte : Roubaix est une ville d'initiatives et de solidarité. Toute l'histoire de Roubaix porte la marque de ces deux mots, dans les batailles syndicales, dans les avancées sociales, comme dans les initiatives économiques, culturelles, et associatives. J'ai un grand principe qui me parait adapté à Roubaix : celui de l'INITIATIVE SOLIDAIRE. C'est une grande ambition, mon grand projet pour Roubaix, avec tous les Roubaisiens. Je veux donc mobiliser tout ce que j'ai appris à faire dans ma vie professionnelle et dans mes responsabilités bénévoles, dans l'équipe municipale, et dans la vie quotidienne des Roubaisiens, comme dans les grandes ambitions pour Roubaix.

Cela concerne tout ce qui touche à l'emploi, la vie économique, la lutte contre le chômage, la politique de formation des adultes.

Je pense savoir mobiliser les pouvoirs publics, les entreprises, les partenaires sociaux autour de ces enjeux majeurs pour l'avenir de Roubaix.

Aussi, je suis bien engagé dans le secteur de l'Economie Sociale et Solidaire, où j'ai des responsabilités. Je pense être utile à l'avenir associatif de Roubaix qui constitue un pôle économique majeur en emplois et en pouvoir d'achat, en en qualification, et en même temps un formidable levier de solidarité, d'expérimentation sociale, et d'engagement bénévole.

Et puis je voudrais que Roubaix soit la ville modèle pour les personnes handicapées, où l'accès au logement, à l'école, au sport adapté, à la culture, constituent autant d'opportunité de pleine citoyenneté.

Rédigé par Pierre Dubois

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :