Un mot pour Leonarda et tous les autres

Publié le 16 Octobre 2013

En introduction du Conseil municipal de ce soir :

"Je souhaite que l’on débute ce conseil municipal par une actualité qui n’a pu vous laisser indifférent. Une jeune Kosovare de 15 ans, Leonarda, a été renvoyée avec sa famille vers son pays d’origine alors qu’elle participait à une sortie scolaire dans le Doubs.

Je veux affirmer ici devant vous toute mon émotion et mon indignation face à cette décision.

J’aimerais vous rappeler précisément les conditions de cette interpellation car elles ne sont pas anodines : Leonarda était en sortie scolaire à l'ancienne usine Peugeot de Sochaux, avec l’ensemble de ses camarades de classe. Suite à un appel téléphonique, le bus s’est arrêté, elle est descendue avec son professeur, les policiers l’attendaient. Elle a été emmenée au commissariat, prise en photo, amenée chez sa mère pour que toute la famille parte vers Lyon et prenne l’avion vers le Kosovo.

La France, pays des droits de l’Homme, de l’école laïque, ne peut accepter, de telles pratiques.

Chacun, dans notre pays, a le droit à la dignité : nous ne pouvons accepter que l’on arrête une enfant entourée de ses camarades, dans un cadre scolaire. L’école est de ces lieux qui forment le socle de notre République.

La question migratoire est complexe. Qu’il s’agisse des drames comme celui de Lampedusa, des évacuations de camps insalubres de familles roms, des migrants en attente de passer de Calais à l’Angleterre, le politique doit peser ses décisions. La loi doit être respectée, mais pas à n’importe quel prix. Chaque situation est particulière et doit être examinée avec attention et humanité.

Si les circonstances et les responsabilités qui ont conduit à cette décision seront examinées au cours d’une enquête administrative. Il est temps que l’Etat et l’Europe prennent conscience de l’urgence de la question des populations migrantes."

Rédigé par leblogdepierredubois

Publié dans #Republique

Repost 0