Rythmes scolaires : continuons ce que nous avons commencé !

Publié le 20 Mars 2013

C’est hier que l’Assemblée Nationale a voté le projet de loi sur la refondation de l’école. Celui-ci prévoit notamment la création de 60 000 postes dans l’enseignement ; la mise en place d’une réelle formation pour les professeurs, supprimée en 2010, avec l’apprentissage de compétences pédagogiques ; la mesure « plus de maîtres que de classes » permettant d’améliorer le suivi des élèves et ainsi de réduire les risques d’échec scolaire… La liste des propositions est longue, en tout 150 amendements.

 

Le projet de loi prévoit aussi, et ce point est particulièrement discuté en ce moment dans l’actualité, la création d’un fonds d’aide aux communes pour la réforme des rythmes scolaires, la réforme en elle-même ayant fait l’objet d’un décret en janvier.

 

A Roubaix, je pense que la mise en œuvre de cette réforme à compter de septembre 2013 aurait tout son sens : le passage à une semaine de quatre jours et demi pour les enfants s’intègre complètement dans la dynamique en faveur de l’éducation et de la formation de nos citoyens que nous avons toujours soutenue. Celle-ci, par le biais des différents projets éducatifs locaux (PEL) et aujourd’hui par le projet éducatif global (PEG), vise à mieux appréhender le parcours des enfants et des jeunes sur tous les temps de la vie, scolaire et extra-scolaire. Des outils pédagogiques sont par ailleurs proposés par la Ville aux enseignants afin de mettre en place des projets en lien avec des structures citoyennes, culturelles, sportives et d'éducation à l'environnement du territoire.

 

Ces différents temps participent tous à l’éveil, à l’épanouissement et au bien-être des enfants, et ce dès leur plus jeune âge. Aussi, c’est en faveur de ces différents éléments que s’inscrit ma réflexion autour des rythmes scolaires : des études ont montré qu’une semaine scolaire mieux équilibrée constituait un progrès pour les enfants. Au vu de ce constat et si toutes les conditions sont réunies à Roubaix, pourquoi attendre ? Pourquoi ne pas permettre à la ville la plus jeune du Nord-Pas de Calais de continuer sur une démarche globale de co-éducation qui se construit autour du rythme de l’enfant ?

 

L’ensemble des mesures contenues dans ce projet de loi montre en tout cas la réelle attention du gouvernement actuel envers le chantier prioritaire qu’est l’éducation. François Hollande avait déclaré en octobre dernier, « l'école est le lieu même où se prépare la France de demain. Faire progresser l'école, c'est faire avancer la France ». C’est pourquoi nous devons tous nous employer – élus, communauté enseignante, associations de parents d’élèves, collectivités – à adapter l’école aux besoins réels des enfants, et ce dès que possible. C’est l’exigence que j’ai pour Roubaix et pour ses élèves.

Rédigé par leblogdepierredubois

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article