Pourrait-on parler de Roubaix enfin en termes objectifs?

Publié le 5 Mars 2013

Pourrait-on parler de ROUBAIX en termes enfin mesurés et objectifs, en évitant les clichés véhiculés comme par réflexe par beaucoup de la ville la plus pauvre de France, la plus sale et sur la voie d'un déclin irréversible ?

 La question n'est pas de nier les réalités d'une ville faite de contrastes. Il y a plusieurs ROUBAIX qui se côtoient sans forcément se rencontrer. Le ROUBAIX précaire où 1/3 des habitants, c'est sans équivalent dans une ville de cette taille, se trouve sans travail, éprouve des difficultés d'accès ou de maintien dans le logement, a des problèmes de santé, etc....

Mais aussi le ROUBAIX où travaillent 43 000 personnes dont 30 000 viennent chaque jour de l'extérieur dans des activités souvent très innovantes, mais où l'employabilité locale est des plus aléatoire. Le ROUBAIX, capitale de la mode et de la création. Le ROUBAIX au foisonnement culturel, connu et reconnu, avec le musée de la Piscine,  la danse. Le ROUBAIX de la solidarité et du vivre ensemble avec son tissu associatif et sa façon de faire cohabiter sur son territoire des populations venues des quatre coins du monde. Le ROUBAIX de la réussite sportive, le ROUBAIX des talents et de l'innovation, le Roubaix de la formation avec plus de

10  000 étudiants, le Roubaix seconde ville la plus jeune de France!

 Pourquoi donc tant de difficultés à admettre les réussites sans nier pour autant les problèmes? Comment inverser l'image ? Mes prédécesseurs s'y sont attelés durant des décennies, avec obstination et avec des résultats qui se voient. Mais dans un monde attaché à l'immédiateté, à l'évènement, il est difficile de faire sans la communication, de la plus ludique à la plus structurée. En faire une de nos priorités n'est pas vouloir vanter un ROUBAIX virtuel et imaginaire, comme le disent certains, mais mettre en évidence les différents ROUBAIX qui cohabitent sur un même territoire et la richesse que constitue ses ressources humaines.

 Le faire et le vouloir, c'est agir chaque jour sur la réalité. C'est aussi dire que nous en avons assez des oiseaux de mauvais augures, et que les habitants de la 2ème ville du département méritent le respect et la considération et qu'ils ont, eux aussi, des raisons à revendiquer la solidarité et l'écoute de la Métropole, du Département, de la Région comme de l'Etat.

 Nous avons la ferme volonté de continuer à faire mentir ce que disait François Mitterrand venu à ROUBAIX en 1983 : "ROUBAIX est l'exemple même de la ville qu'il ne fallait pas faire". La meilleure façon de relever le défi est de se battre sans répit et de redonner aux habitants des raisons de croire en leur ville et en son avenir.

Rédigé par leblogdepierredubois

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article