Politique de la ville : plus claire, plus juste

Publié le 24 Juin 2013

Exit l’empilement des dispositifs : Contrats de ville, CUCS, ZFU et autres ZUS ! Et bienvenue à un seul concept : « les quartiers prioritaires ». Dès le lancement de la concertation nationale à Roubaix, en octobre 2012, le Ministre de la ville François Lamy l’avait affirmé, rendre les choses plus simples, lisibles, objectives était en ligne de mire. Et mettre un frein à la dilution des moyens de l’Etat aussi. Ainsi, de 2 500 quartiers concernés aujourd’hui, on passera à 1 000 quartiers. Assurément une bonne chose à l’aune de l’érosion des moyens de l’Etat. D’autant que certains territoires en souffrance jouxtent parfois des villes très aisées et que la solidarité de l’Etat ne saurait se substituer à la nécessaire péréquation des moyens horizontale (entre villes).

A cela s’ajoute – autre élément de clarté- un critère unique de référence qui a fait consensus lors de la concertation nationale. Ce critère ? 60% du revenu médian de référence (11 250€ par an). Le Ministre a précisé que ce dernier est en effet suffisant pour révéler les « différents types de précarité et difficultés concentrées sur un territoire ». Un critère simple et objectif pour une réalité complexe. Une option qui semble donc prendre le bon chemin.

Roubaix, ville souvent brocardée comme l’une des plus pauvres de France, devrait tirer son épingle du jeu. On sait que dans notre ville, les dotations d’Etat constituent une part importante de nos ressources. Restons toutefois vigilants, en attendant l’été et la communication de la liste des territoires retenus.

Rédigé par leblogdepierredubois

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article