Les chiffres encourageants de la rénovation urbaine… oui mais le reste ?

Publié le 30 Mars 2013

rénovation urbaine

 

C’est une étude aux résultats encourageants que l’ANRU et le CSA ont publiée cette semaine : elle montre que 82% des habitants des quartiers rénovés, dans les villes où la rénovation urbaine a débuté depuis plus de 4 ans, se déclarent satisfaits de leur logement. Une large majorité de ces mêmes habitants estiment que ces travaux ont des effets positifs sur la qualité de vie (l’animation par exemple), les équipements (les transports en commun pour 72% d’entre eux) ou le vivre ensemble. Plus de huit habitants sur dix sont par ailleurs satisfaits du projet de rénovation urbaine sur l’école de leur quartier.

 

Enfin, ces résultats montrent l’efficacité de la rénovation urbaine sur l’attractivité de ces quartiers puisque 65% des habitants concernés conseilleraient à un de leurs proches de venir habiter dans le quartier rénové.

 

Presque deux mois après la publication du rapport de la Fondation Abbé Pierre sur le mal-logement, ces nouvelles montrent que la politique menée en direction des quartiers dégradés porte ses fruits. Elles ne doivent toutefois pas faire oublier tout le travail qu’il reste à mener sur la question du mal-logement en France. Le rapport de la Fondation mettait notamment en avant l’insuffisance de logements disponibles, et notamment de logements sociaux ; la mauvaise qualité des logements dans lesquels les ménages modestes se retrouvent souvent relégués ; la saturation des dispositifs d’accueil d’urgence face à une demande croissante : faute de places disponibles, 3 personnes sur 4 n’obtiennent pas de prise en charge.

 

C’est une réalité dont nous devons être également conscients à Roubaix : si les différents chantiers entrepris ont métamorphosé le visage de certains quartiers, il ne faut pas oublier que 20% du parc privé reste inconfortable, que 5500 demandes de logements sociaux sont actuellement en attente, et que 42% des habitants vivent sous le seuil de pauvreté. La rénovation urbaine a permis des avancées significatives mais elle ne peut s’arrêter là. Elle doit être poursuivie, à Roubaix plus qu’ailleurs, tout en cherchant de manière continue les voies et moyens d’en améliorer la mise en place et les effets.

 

J’avais évoqué devant François Lamy et Cécile Duflot lors de leur venue à Roubaix en octobre dernier la nécessité de travailler plus particulièrement sur deux enjeux : premièrement celui de la mise à niveau d’un parc privé ancien dépourvu de confort, voire indécent et insalubre. Deuxièmement celui de dynamiser le secteur de l’habitat durable, qui peut devenir un gisement majeur en matière d’emplois dans la construction et la réhabilitation.

 

En ce sens, j’attends beaucoup du projet de loi « logement et urbanisme » qui doit être présenté en conseil des ministres en juin. L’ambition de tous les acteurs concernés par cette question est de disposer d’une loi forte, qui s’attelle à l’ensemble des problématiques actuelles et qui pense le logement comme un élément de développement et de promotion sociale devant à ce titre être pensé de manière croisée avec l’emploi, l’éducation, l’école ou la sécurité.

 

Ce chantier me semble être prioritaire, et ce malgré une période de baisse des dépenses publiques, afin de construire une ville équitable et durable.

Rédigé par leblogdepierredubois

Repost 0
Commenter cet article