Le Maire et la rupture du jeûne

Publié le 2 Août 2012

Bien entendu, le Ramadan est avant tout un moment confessionnel, à l’instar des fêtes religieuses qui scandent notre calendrier. Mais c’est aussi pour le Maire que je suis, attaché à la laïcité et au respect des croyances comme des non croyances, un formidable moment de rencontres, conviviales et festives.

 

Je l’imagine aisément : qui n’a pas vécu ce moment si fort de la rupture du jeûne, ne peut pas tout à fait mesurer son intensité et son importance. A l’appel de la foi, répond l’appel de l’estomac. Et le partage du repas en fait un moment particulièrement convivial et fort. C’est donc l’occasion pour un Maire de rencontrer alors nombre d’habitants et de vivre des moments intenses de partage, d’échanges et de fraternité.

 

Nous l’avons vu avec l’actualité et les décisions de la ville de Genevilliers, il n’est pas toujours aisé de concilier intérêt de l’employeur et liberté religieuse. La ligne de démarcation entre la sphère privée, domaine de la liberté religieuse et la sphère publique qui doit privilégier le principe de laïcité est parfois opaque. La force d’une société est de trouver à ces difficultés une réponse commune et partagée.

 

C’est donc avec beaucoup de plaisir que cette année de nouveau,  je répondrai aux invitations qui me sont faites et partagerai, aux alentours de 21h30, des repas et des moments bien agréables. L’occasion aussi pour moi de vérifier que ces festivités ne causent  pas de nuisances aux habitants et riverains qui ne les partagent pas. Une chance de plus surtout, dans cette ville mosaïque que représente Roubaix, pour s’ouvrir aux autres dans le respect de chacun.

 

 

 

 

 

Rédigé par leblogdepierredubois

Repost 0
Commenter cet article