La transparence, c'est bien. Pour tous, c'est mieux.

Publié le 30 Avril 2013

La transparence dans la vie publique est une nécessité et l’affaire Cahuzac a montré que notre démocratie avait encore bien des marges de progrès sur ce plan. Etre élu de la République requiert une vraie morale dans sa conduite et l'obligation ethique.pngde prohiber strictement tout risque de conflit d’intérêt. Cela nécessite aussi un respect de la vie privée de chacun.

Le Président de la République a annoncé des mesures fortes. Elles marqueront sans conteste la vie politique de notre pays. L’UMP parle de manœuvres de diversion.  Diversion de quoi ? C’est en réalité tout le contraire. Le comportement de M. Cahuzac est éminemment condamnable, c’est évident. Jeter l’opprobre sur l’ensemble de la classe politique l’est tout autant. Le faire enfin pour l’ensemble d’un parti relève d’une politique de bien mauvaise facture. La vertu ne gagne que rarement à un climat de surenchères. Laissons le Gouvernement et le Parlement s’emparer de ces nouvelles mesures.

Et continuons surtout à proposer. Proposer par exemple d’accentuer de manière décisive la lutte contre la fraude fiscale. La CNAF et la délégation nationale à la lutte contre la fraude l’estimaient en 2011 à 2 989 millions d’euros !

S’agissant du risque de conflit d’intérêt, regardons aussi vers l’Europe. Et au plus haut niveau ! Est-ce normal en effet que le numéro un de la Banque Centrale Européenne ait été dirigeant d’une banque d’affaires américaine très impliquée dans la crise mondiale?

La transparence oui, donc. Mais pour tous !                                                 

Faisons ce travail, luttons contre la fraude fiscale et parlons surtout de ce qui intéresse les Français et nos habitants : les mesures pour développer le travail, accentuer la lutte contre le chômage et la baisse du pouvoir d’achat des classes populaires et moyennes.

 

 

Rédigé par leblogdepierredubois

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article