La politique de la ville : une histoire d'hommes et de femmes

Publié le 21 Juillet 2012

La Cour des Comptes a rendu un rapport plutôt sévère sur la politique de la ville. Sévère mais juste.

IL faut en réalité distinguer le volet urbain du volet humain. Sur le 1er plan, la politique de la ville engagée sous François Mitterrand avec Michel Delbarre, a rendu bien des services.

Aux Trois Ponts, ce sont plus de 100 millions d'euros qui ont ainsi été investis! Avec des groupes scolaires, des pôles d'accueil petit enfance, du logement et des espaces publics neufs ou requalifiés. La politique de la ville n'a pas fondamentalement changé la musique d'une politique de renouvellement urbain engagée depuis longtemps à Roubaix. Mais elle en a singulièrement changé le rythme!

Reste donc le volet humain. Sur ce plan, je ne peux que rejoindre le point de vue incisif des magistrats de la Cour des Comptes. Non seulement il convient de simplifier les périmètres, de les rendre davantage cohérents, de mettre fin au saupoudrage pour mettre le paquet là où c'est le plus nécessaire, mais il s'agit aussi d'actionner le ressort du peuplement, de la mixité sociale, des parcours résidentiels.En bref, lorsqu'on habite dans les quartiers soutenus, on doit pouvoir en sortir quand on le souhaite et lorsqu'on y habite pas, ils doivent devenir attractifs pour tous.

Le renouvellement urbain est une long chemin. Si nous ne voulons pas que ce chemin tourne en rond, il est grand temps de s'intéresser et de favoriser les mouvements de populations au sein de ces quartiers.

Rédigé par leblogdepierredubois

Repost 0
Commenter cet article